lundi 7 mars 2016

Rose morte, tome 2, Trois épines

"Série coup de coeur"

Couverture de Rose Morte, Tome 2 : Trois Épines

Résumé:

France, fin du XVIIIe siècle.

Alors que la révolte gronde aux quatre coins de la France, Rose est rappelée de la cour de Russie. De retour aux côtés de son mentor, elle découvre que la situation vacille également dans l’univers occulte d’Artus.
Les Arimath doivent faire face à de sauvages attaques sur leurs terres, tandis que la grogne contre la noblesse croît d’instant en instant parmi le peuple. Entre la révolution naissante et les prémices d’une guerre au sein du monde obscur, les bouleversements dans l’existence de Rose s’annoncent cataclysmiques. Leurs conséquences risquent fort de faire sombrer en un même chaos les existences des humains aussi bien que des immortels...


L'avis d'Audrey:

Dans le premier tome j'avais eu envie de pester, de crier, d'invectiver Céline Landressie. De lui demander pourquoi tant de frustration, de souffrance, de non-dit, en bref de torture pour son héroïne et pour nous pauvres lecteurs sensibles... Que dire alors ici. C'est encore pire !!!

Nous retrouvons Rose, 200 ans après la dernière scène de bataille où nous l'avions quittée. Son mentor, Artus l'a, semble-t-il exilé à la cour de la reine Catherine de Russie, bien loin de lui. Le tome commence alors qu'après 10 longues années de silence, de mépris, son mentor l'a rappelle à lui. Elle se doit de lui obéir, mais à quel prix ! C'est pleine de rancune, encore sous le choc de cette souffrance, qu'elle retourne en France. Oui la souffrance de s'être sentie trahie, humiliée, répudiée telle une courtisane dont on s'est lassé. Trahie par l'être qu'elle voudrait bien arriver à haïr, ce dont elle ne parvient pas tant la passion l'habite encore. 
Alors elle se forge un masque d'indifférence, tente de fermer ses émotions et souvenirs et se présente devant son mentor et ancien amant, le conte de Janlys. Très vite les vieilles rancunes et les répliques cinglantes reprennent le cour des choses. Et nous retrouvons nos deux héros, entre attirance et frustration, entre haine et affection se lançant des répliques et des pensées les unes plus incisives que les autres. Wahou, quel feu d'artifice ! 
Comme d'habitude au milieu d'eux Adelphe, le jeune conte, tente de calmer le feu qui crépite entre les deux anciens amants. Mais cela sera beaucoup plus difficile cette fois. En effet, Rose n'est pas revenue seule. Elle revient de Russie au bras du magnifique prince de Golitsyne, devenu son servent. Cela aura le don d'irriter au plus au point les deux frères de Janlys. Ainsi, Rose se sentira encore plus seule, incomprise, rejetée. Confrontée au mépris d'Artus, et chose nouvelle, à la mauvaise humeur d'Adelphe.
Mais elle a à peine le temps de s'épancher sur ses émotions qu'un terrible complot s'abat sur le monde des Arimaths dont Artus est le régent. Ils doivent contenir la colère du peuple qui gronde en ce temps révolutionnaire, mais surtout lutter face à des attaques des terribles Lamies, et déjouer un ou des complots qui visent à destituer le conte de Janlys de son autorité d'Héritier des Arimaths...

Voilà un tome encore plus riche en action. L'intrigue démarre très vite et ne se perd pas en une longue mise en place mystérieuse comme dans le premier tome. Très vite,nous comprenons ce qu'il en est des sentiments houleux des deux héros. Très vite, nous nous attachons au prince russe, et très vite j'ai compris ce qui chagrinait autant Adelphe. Nous cernons facilement où veut en venir l'auteur avec ce jeu tordu des "non-dits" et des "faux semblants" entrecoupé de scènes d'action, de batailles et d'intrigue. Prévisible, certes, pourtant toujours aussi captivant. Un récit irréprochable, encore porté par une plume riche et enveloppée "d'ancien temps", de descriptions minutieuses et de langage soutenu.

Souvent je me suis laissée embrouiller par les intrigues et les noms des différents personnages. J'ai eu du mal à suivre, à me rappeler le précédent volet. Mais la délicate plume de Céline Landressie et les personnages dans leur jeu du chat et de la souris m'ont particulièrement envoûtée et tenue en haleine.

On ne peut nier l'originalité et la subtilité de ces romans. On ne peut nier le travail d'écriture et de recherche historique pour nous offrir un univers aussi dense. On s'y croirait, tout semble plausible, bien mené, bien décrit, bien raconté. On a envie de suivre Rose dans ces aventures. On a envie de la secouer, on a envie de gifler Artus... Bref ce roman remue, ébranle et nous laisse en plan sur un épilogue qui  ne nous en dit pas beaucoup plus sur la teneur des relations de nos 4 héros. 

J'ai hâte de lire la suite...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire