mercredi 15 janvier 2014

Tes mots sur mes lèvres

Couverture de Tes mots sur mes lèvres

Quatrième de couverture:

Je m’appelle Nastya.
Voilà 452 jours que je ne parle plus. A personne.
Depuis que quelqu’un m’a volé ma vie et ma seule passion.

Dans mon nouveau lycée, personne ne sait qui je suis et tout le monde me fuit.
Sauf Josh Bennet.

Il est toujours seul comme moi.
Un jour, il me parle.
Et ma vie change.
Encore une fois…


L'avis d'Audrey:

Si tôt commencé, on ne peux s'arrêter d'enchaîner les 500 pages que l'on a entre les mains.
Ce roman bouleversant, tendre et finement écrit nous tient enchaîné avec une force, une emprise que peu de romans jeunesses arrivent à faire.

Certes j'y ai retrouvé pas mal de choses déjà-vues, une trame assez exploitée sur la douleur de jeunes ados. Des jeunes qui ont eu à traverser un passé terrible et doivent se reconstruire, aidés pour cela d'une relation amoureuse. Effectivement ce titre m'a beaucoup fait pensé à "Hors-Limites", notamment avec la narration alternée. Un coup c'est la jeune fille qui raconte, un coup c'est le garçon.
Cela étant, ce schéma narratif assez exploité n'en est pas moins très bien écrit. De plus, il offre une palette d'émotions diverses et intenses, sans jamais tomber dans le larmoyant, dans le pathétique exacerbé. Non l'auteur manie l'humour, la sensibilité, la romance, le tragique, la chaleur de l'amitié, les petites scènes d'ados au lycée ou en soirées... bref il y a de tout dans ce roman, pour notre plus grand plaisir.

Ainsi, Nastya, héroïne atypique, car sans voix, arrive dans un nouveau lycée où personne ne la connait. Elle est habillée et maquillée à l'image d'une prostituée et porte un regard noir et terrifiant sur tout le monde. Y compris sur Josh Bennet. Ce jeune garçon solitaire, vit seul car il est orphelin. Il se plonge dans sa passion pour la menuiserie, et en devient pratiquement asocial. Personne ne lui parle ni ne l'approche.
Ces deux êtres, on le cerne assez vite, sont des écorchés vifs. Et pourtant, ils vont nouer une relation étrange, entre la fraternité, l'amitié et le désir. Mais surtout une relation basée sur un grand respect mutuel. La progression de leur relation se fait en douceur, comme on aprivoise un être sauvage. Tout progresse à petite dose, ils se cherchent tranquillement, ils se domptent l'un l'autre, pour bientôt ne plus pouvoir se quitter.

Ce n'est pas des effusions de baisers passionnés, non c'est une douce et lente ascension vers une relation pure et magnifique. Alors il faut tourner les pages, nous sommes avide de voir ces deux êtres se rapprocher, nous sommes parfois frustrés que ça n'aille pas plus vite, mais c'est aussi bien ainsi, et d'autant plus crédible. 
Entre les deux il y a une palette de personnages secondaires très attachants, parfois drôles, méchants, sympas, paumés... Il y a par exemple Drew, le play-boy du lycée qui va former un couple spécial avec Nastya aux yeux de tous les autres, et déclencher pas mal de réactions.

Bref je n'en dis pas plus, tout est dans la mesure. Tout est mesuré, justement dosé.

On met du temps à voir notre couple amoureux éclore, on met du temps à voir Nastya sourire, on met du temps à savoir ce qui lui est
réellement arrivé, on met du temps à voir se reconstruire ses liens amicaux et familiaux. Mais finalement cette patience a du bon car on avale les pages avec avidité et on se délecte de quelques moments de bonheur, ou des pointes d'humour que Drew balance à tout va.

Un trés beau livre "young-adult". Une romance émouvante, juste, magnifique. Jamais dans l'exagération des sentiments, non un récit dans la simplicité et la subtilité comme je les aime!

8 commentaires:

  1. je lirai ton avis ce week end je l'ai reçu mais pas lu :)

    RépondreSupprimer
  2. Ce fut un gros coup de coeur pour moi aussi... J'ai adoré du début à la fin et il est très très addictif :-)

    RépondreSupprimer
  3. Oula, mais tu me tentes trooop là

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai trouvé bon également sauf la scène à l'expo d'art ! la fameuse RECONTRE ! je n'y ai pas cru une seconde ! pas assez de violence, molle ! sinon le reste parfait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'avoue moi aussi, j'ai trouvé la fin un peu bizarre. Un peu rapide, aussi.
      Mais bon, j'ai tellement aimé les deux zigotos, que le reste est passé

      Supprimer
  5. Bouquin prenant comme je les aimes. J'ai trouvé ma scène d'expo d'art crédible, le choc, la douleur et le cauchemar revient d'un coup. Seule au monde, elle est paralysée. Personne ne sait ce qu'il ferait dans un cas pareil.
    Livre émouvant et facile à lire. Je l'ai lu en 2 jours scolaires.

    RépondreSupprimer